Le développement agricole au Rwanda : un succès surestimé ?

Publié le 13 janvier 2020
par Jean-Christophe Debar et Abdoul Fattath Tapsoba, FARM
0 commentaires

Selon le site Internet de la Banque mondiale, « le Rwanda a réalisé des gains de développement impressionnants depuis le génocide et la guerre civile de 1994 ». Pendant la décennie qui s’est achevée en 2018, l’économie rwandaise a crû en moyenne au rythme de 7,5 %, soit 5 % par personne et par an. Le taux de pauvreté est tombé de 59 % en 2001 à 39% en 2014. L’indice de Gini, qui mesure les inégalités de revenus, a reculé de 0,52 en 2006 à 0,43 en 2017. Paul Kagamé, président du Rwanda depuis 2000, affiche clairement son ambition : faire de ce petit pays de 12 millions d’habitants « le Singapour de l’Afrique ». Grâce à ses politiques pro-business[1], conjuguées à des investissements importants dans le capital humain (éducation, santé, protection sociale…), le Rwanda aurait fait d’« immenses progrès » vers l’atteinte des Objectifs de développement durable fixés par l’Organisation des Nations unies pour 2030[2]. Il est censé atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire en 2035 et celui de pays à revenu élevé en 2050[3].

Cependant, le miracle économique vanté par Kigali est mis en cause, et pas seulement par les opposants au pouvoir. D’après une enquête du Financial Times publiée le 13 août 2019, les statistiques officielles qui montrent une réduction progressive de la pauvreté depuis 2001 sont inexactes[4]. Pour le magazine The Economist[5], cette réduction résulterait essentiellement d’un changement opéré en 2014 dans la définition du seuil de pauvreté, qui en aurait abaissé artificiellement le niveau. Correction faite, le taux de pauvreté n’aurait pas reculé de 6 points (de 45 % en 2011 à 39 % en 2014), comme le clame le gouvernement rwandais, mais aurait augmenté de 5 à 7 points. Cela paraît contradictoire avec la vigueur de la croissance économique. Mais justement, à en croire d’autres sources, le taux de croissance pourrait être surévalué, et les inégalités de répartition des revenus se sont peut-être accrues. Des allégations que réfutent les autorités : selon elles, les progrès économiques et sociaux du pays sont corroborés par d’autres tendances positives, comme l’expansion des recettes fiscales ou les bons résultats des enquêtes de santé ; le Rwanda est engagé dans une profonde transformation, qui bénéficie aux plus démunis.

Qu’en est-il de l’agriculture ? La question est d’autant plus légitime que ce secteur fournit deux tiers des emplois et environ 30 % du produit intérieur brut. Nous avons donc calculé quelques indicateurs clés de l’économie agricole du Rwanda et les avons comparés aux indicateurs moyens correspondant pour l’Afrique subsaharienne, hors Afrique du Sud. Les indicateurs ont été établis à partir des données publiées par le département américain de l’Agriculture (USDA), qui émanent des organisations internationales[6].

Entre les périodes 1981-85, antérieure à la guerre civile, et 2012-16, la valeur de la production agricole par hectare, exprimée en dollars constants et en parité de pouvoir d’achat (PPA), a augmenté au Rwanda d’environ 60 %, soit deux fois plus vite que la moyenne de l’Afrique subsaharienne. Une réussite d’autant plus remarquable que le pays des Mille Collines porte bien son nom : la majeure partie de l’agriculture est pratiquée sur des terrains pentus et sensibles à l’érosion. Les aménagements fonciers (terrasses), la diffusion des engrais, l’extension de l’irrigation, un meilleur accès des agriculteurs au marché… ont stimulé les rendements et favorisé la production de cultures à plus grande valeur ajoutée.

Cependant, la densité démographique est élevée et les fermes sont très petites. La surface moyenne par actif agricole est beaucoup plus faible que sur le reste du continent ; en outre, elle a légèrement diminué entre les deux périodes étudiées. C’est une variable sur laquelle les politiques publiques ont peu de prise directe. L’amélioration de la situation, c’est-à-dire l’accroissement de la surface disponible par actif, dépend d’une accélération de la demande de main d’œuvre pour des activités non agricoles, libérant de la terre au profit des agriculteurs restants.

Au total, la valeur de la production par actif agricole, au Rwanda, a crû plus rapidement que la moyenne africaine (+ 55 % contre + 35 %), mais elle reste inférieure de près de 20 % à celle de l’Afrique subsaharienne. Or la valeur de la production par actif est généralement corrélée positivement au revenu agricole (tableau)[7].

Une image différente émerge si l’on considère la valeur de la production agricole par habitant, qui renseigne indirectement sur la capacité du pays à produire sa nourriture. Entre 1981-85 et 2012-16, cet indicateur a augmenté nettement plus vite au Rwanda que sur le continent (+ 30 % contre + 18 %) et il est supérieur d’environ 30% à la moyenne africaine[8].

Les statistiques disponibles montrent donc à la fois les progrès réalisés dans le secteur agricole ces dernières décennies et l’ampleur des efforts qui restent à accomplir. Bien entendu, elles sont loin de clore le débat : leur fiabilité est critiquée et elles ne disent rien du sort des plus petits paysans, cantonnés à une agriculture de subsistance. Selon une étude détaillée, réalisée par des chercheurs de différents pays[9], « la révolution agricole au Rwanda n’est pas le succès qu’elle prétend être »[10], même si des résultats prometteurs ont été enregistrés. Il reste que ces résultats doivent être appréciés comparativement à ceux atteints par les autres pays africains. De ce point de vue, le Rwanda n’a pas à rougir : il a obtenu le meilleur score global, parmi quarante-sept pays, dans le premier rapport biennal, présenté au Sommet de l’Union africaine en janvier 2018, sur la mise en œuvre de la déclaration de Malabo de 2014 sur la transformation de l’agriculture africaine[11]. Le deuxième rapport est attendu avec impatience.

 

 

[1] Dans le rapport Doing Business 2020, publié en octobre 2019 par la Banque mondiale, qui classe 190 pays selon leurs réglementations favorables à l’activité commerciale, le Rwanda figure au 38ème rang, devant le Portugal et la Pologne. Il occupe la deuxième place des pays d’Afrique subsaharienne, derrière Maurice.

[2] Point de vue de Uzziel Ndagijimana, ministre des Finances et de la Planification économique du Rwanda, dans le rapport Foresight Africa. Top priorities for the continent 2020-2030, publié par la Brookings Institution le 8 janvier 2020.

[3] Le seuil de revenu national brut par habitant défini par la Banque mondiale, en dollars U.S. courants en 2018, est de 1 026 à 12 375 dollars pour les pays à revenu intermédiaire et 12 376 dollars pour les pays à revenu élevé. Avec un revenu par habitant de 780 dollars, le Rwanda est classé parmi les pays à faible revenu.

[4] « Le Financial Times met en cause les données sur la pauvreté au Rwanda », Le Monde Afrique, 15 août 2019.

[5] « Has Rwanda been fiddling its numbers? », The Economist, August 15th 2019.

[6] USDA ERS, « International Agricultural Productivity », updated 21th November 2019, https://www.ers.usda.gov/data-products/international-agricultural-productivity/

[7] A titre illustratif, selon la Banque mondiale, la valeur ajoutée brute par actif dans le secteur « agriculture, forêt, pêche » sur la période 2016-2018 était en moyenne de 580 dollars au Rwanda contre environ 2 600 dollars au Sénégal (en dollars U.S. valeur 2010).

[8] En 2012-16, la valeur moyenne de la production agricole par habitant était de 239 dollars au Rwanda contre 185 dollars en Afrique subsaharienne, hors Afrique du Sud (données exprimées en dollars U.S. en parité de pouvoir d’achat, valeur 2004-2006).

[9] An Ansoms et al., 2018. « The Rwandan agrarian and land sector modernisation: confronting macro performance with lived experiences on the ground », Review of African Political Economy, 45 :157, 408-431.

[10] Titre de l’article publié (en anglais) dans The Conversation, signé par des chercheurs de l’étude citée dans la note 8, 13 décembre 2017.

[11] « Rapport inaugural d’examen biennal de la Commission de l’Union Africaine sur la mise en œuvre de la Déclaration de Malabo sur la croissance et la transformation accélérées de l’Agriculture pour une prospérité partagée et de meilleures conditions de vie », Conférence de l’Union, Trentième Session ordinaire, 28-29 janvier 2018, Addis-Abeba.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.