La Fondation FARM et l'initiative internationale "4 pour 1000" renforcent leur collaboration

Catherine Migault, directrice générale de la Fondation FARM, et Paul Luu, secrétaire général de l’initiative internationale 4 pour 1000

Le 14 octobre 2022, Catherine Migault, Directrice générale de la Fondation FARM, et Paul Luu, Secrétaire Exécutif de l’Initiative internationale « 4 pour 1000 », ont signé un protocole d’entente afin d’initier des projets communs autour de la protection des sols.

Agir au niveau international pour le développement durable de l’agriculture, répondre aux enjeux critiques du changement climatique et de la sécurité alimentaire, promouvoir la santé des sols à l’échelle mondiale : les intérêts mutuels ne manquent pas entre la Fondation FARM et l’Initiative internationale « 4 pour 1000 ». « Nos deux entités souhaitent mener des actions concrètes afin de contribuer à la sensibilisation des décideurs publics et privés sur la nécessité de protéger les sols agricoles de la planète», précise la dirigeante de FARM.

Pour rappel, l’Initiative internationale « 4 pour 1000 » a été lancée par la France lors de la COP21 en 2015. Elle a pour but de créer une synergie entre les différents acteurs publics et privés (États, collectivités, entreprises, organisations professionnelles, ONG, établissements de la recherche…) afin de tendre vers une réelle transition agro-écologique des agricultures et à mettre en place des actions concrètes pour le stockage naturel du carbone dans les sols. “Ce partenariat est essentiel pour la Fondation FARM, car nous partageons l’idée que l’agriculture est aussi une solution pour lutter contre le réchauffement climatique”, renchérit Catherine Migault.

Avec actuellement 739 partenaires, dont 326 membres et 41 pays signataires, l’Initiative « 4 pour 1000 » entre désormais dans la phase de mise en œuvre de son Plan Stratégique 2020-2050 et de ses 24 objectifs stratégiques.

Dans les prochains mois, FARM et « 4 pour 1000 » définiront les actions et projets opérationnels qui permettront de promouvoir la santé des sols à l’échelle mondiale, avec la préoccupation de démontrer que l’évolution des pratiques agricoles est compatible avec des modèles économiques durables.

Que signifie 4 pour 1000 ?

On le sait, les activités humaines émettent d’énormes quantités de gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère, ce qui renforce l’effet de serre et accélère le changement climatique.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que chaque année, 30% environ de ce gaz carbonique est récupéré par les plantes grâce à la photosynthèse. Ensuite, lorsque les plantes meurent et se décomposent, les organismes vivants du sol, tels que les bactéries, champignons ou vers de terre, les transforment en matière organique. Cette matière organique – riche en carbone – est essentielle à l’alimentation des hommes car elle retient l’eau, l’azote et le phosphore, indispensables à la croissance des plantes.

Mais elle représente aussi un énorme potentiel de stockage du carbone : les sols mondiaux contiennent 2 à 3 fois plus de carbone que l’atmosphère. Si le niveau de carbone stocké par les sols dans les 30 à 40 premiers centimètres du sol augmentait de 0,4% (soit 4‰) par an, l’augmentation annuelle de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère serait considérablement réduite.

Ce taux de croissance de 4‰ par an des stocks de carbone du sol n’est pas une cible normative pour chaque pays, mais une orientation à suivre.

C’est ce que propose l’Initiative internationale “4 pour 1 000” – les sols pour la sécurité alimentaire et le climat.

Pour en savoir plus : https://4p1000.org/