Développement de systèmes de production durables dans les projets vivriers

Depuis le lancement des projets vivriers en 2008, deux études d’analyse de la durabilité des systèmes de production ont été menées par le CIRAD en collaboration avec FARM. La première en 2009 au Mali et au Burkina et la seconde en 2010 au Bénin, Ghana et Togo. Cette dernière étude est désormais disponible.

Télécharger le rapport complet de l’étude 2009 : Mali et Burkina Faso (pdf, 861 Ko)

Télécharger le rapport complet de l’étude 2010 : Bénin, Ghana, Togo (pdf, 2,4 Mo)

Deux études ont été réalisées par le CIRAD en 2009 et 2010 en collaboration avec l’équipe de FARM. Les objectifs de ces études sont :
-  Identifier les systèmes de cultures durables basés sur une gestion raisonnée et responsable de l’intensification en intrants
-  Proposer une méthode d’application de ces systèmes de culture associant les producteurs
-  Sélectionner des indicateurs agro-environnementaux qui permettent de mesurer l’impact environnemental des actions d’intensification menées dans le cadre des projets vivriers
-  Évaluer l’impact environnemental des actions menées
-  Obtenir des recommandations opérationnelles pour les actions de terrain pour que les organisations soutenues par FARM puissent mettre en œuvre les mesures nécessaires.

Ces études reposent sur des entretiens avec les responsables des organisations paysannes et des agriculteurs des différents projets.

Les principales conclusions et recommandations de l’étude sont spécifiques à chaque région mais il se dégage des grandes tendances :
- L’accent doit être mis sur l’accompagnement des agriculteurs pour un meilleur recyclage de la biomasse , la fabrication de fumure organique et le développement de la culture de légumineuses
- Il est nécessaire de sensibiliser les agriculteurs à une meilleure utilisation des produits phytosanitaires pour éviter les problèmes de santé humaine et animale et approfondir la faisabilité de la mise en place d’une filière de récupération et recylcage des emballages de produits phytosanitaires.
- L’impact sur l’environnement des projets vivriers est relativement faible. Les quantités d’engrais et de pesticides utilisées par les agriculteurs sont peu élevés comparées aux doses pratiquées dans les pays européens